Swiss Beatles Fan Club

2 mai 2014


The Ghost of a Saber Tooth Tiger : Midnight Sun


Sean Lennon a trouvé une voie musicale à son niveau avec son projet, The Ghost of a Saber Tooth Tiger (The GOASTT), créé en 2008 avec sa conjointe et musicienne, Charlotte Kemp Muhl. Le duo a notamment publié les albums Jardin Du Luxembourg et Acoustic Sessions en 2010 qui furent salués par la critique. Le groupe vient d'offrir un clip au début avril avec le titre Animals, où le couple se produit sur scène et se retrouve en position de leaders de culte polygames et hippies. Dans un autre vidéoclip, dévoilé un mois plus tôt, sous forme de court métrage réalisé par Daniel Kruglikov, accompagnant la composition Moth to a Flame, Sean Lennon survit à une explosion radiant l’humanité, mais est par la suite capturé par un groupe de femmes sauvages auxquelles il tente par tous les moyens d’échapper.

Ces deux pièces musicales se retrouvent sur le deuxième opus du groupe, Midnight Sun, paru le 29 avril dernier, sur lequel figure une pléthore de synthétiseurs et sonorités envoûtantes. Selon Sean Lennon, le style du groupe s’est cristallisé dans un «psychédélisme post-moderne». Midnight Sun puise son inspiration dans l'essence du millésime 70's, celui qui a séduit les Pink Floyd, ou même les Beatles: sans nier les références, Sean Lennon fait son chemin sans renier son ADN, et plutôt intelligemment. Comme il le précise à la radio France info: «Ce n'était pas vraiment une lutte, mais plutôt la source de mon inspiration, la raison pour laquelle je fais de la musique (...) Je ne me suis jamais dit: oh je ne devrais pas être inspiré par les Beatles, je m'en inspire honnêtement: je suis fan de musique avant tout.»

Certaines chansons ont des paroles particulièrement profondes. Poor Paul Getty, par exemple, est inspirée de l’enlèvement, en 1973, de l’adolescent de 16 ans John Paul Getty III, dont l’oreille avait été coupée par ses ravisseurs lorsque son richissime grand-père a refusé de payer la rançon. Cette histoire a beaucoup marqué le jeune Sean Lennon à l’époque. «J’avais beaucoup d’empathie relativement à cette histoire, reconnaît-il. Quand j’étais enfant, il y a eu plusieurs menaces d’enlèvement à mon endroit. Donc quand j’étais jeune, j’ai entendu que Paul Getty s’était fait couper l’oreille et j’étais terrorisé. Je ne l’ai jamais oublié.»

Le couple Lennon a enregistré et expérimenté dans son studio de New York, avec des techniques peu orthodoxes, impliquant un calliope, orgue à air utilisé dans les cirques de la fin du 19e siècle, des batteries passées dans des orgues Leslie et des feedback de guitare en loop. Long et fastidieux, le procédé en a valu le coup, selon Sean Lennon, en entrevue avec le magazine américain Rolling Stone
: «Bien que plus personne n’écoute de disques, nous sommes toujours fans d’albums complets. Nous souhaitions qu’il soit donc satisfaisant, du début à la fin.» |  |


Information Boutique